Les peintures à l’huile de Jae Woo Park prennent leur source dans un travail préparatoire photographique. Le caractère instantané des clichés contraste avec leur longue et laborieuse retranscription sur la toile, enchaînant superposition des couches, attente pour le séchage et retouches… Les photographies originelles sont prises rapidement, sans flash, même de nuit, ce qui leur confère un caractère flou et imprécis, comme si elles étaient reflétées dans une vitrine ou vues à travers une glace embuée. Jae Woo Park s’attache à scrupuleusement reproduire ces imprécisions sur ses toiles, ce qui donne à ses tableaux un aspect intimiste, fragile, irréel et onirique. À l’opposé d’un hyperréalisme froid et mécanique, ses peintures nous touchent justement par leurs imperfections voulues, génératrices d’une immense délectation plastique.